Hypnose et CrossTherapy

La CrossThérapy une forme de thérapie durable (http://therapie-durable.jimdo.com/).

Nous sommes au 21e siècle. Nos croyances, nos connaissances ont évolué sur de nombreux sujets. Nous sommes aujourd’hui plus ouverts à nous mêmes qu’auparavant.

La psychologie, les ‘sciences’ humaines, le développement personnel après être passés pour des phénomènes de mode, sont devenus de véritables disciplines complémentaires à la vie de millions de personnes.

Les thérapies brèves ont pris naissance dans les années 70 aux États-Unis et ont permis de voir le chemin thérapeutique en termes de solutions.

Nous sommes dans un monde rapide avec tout ce que cela entraîne. Nous nous sommes conditionnés à entrevoir des retours rapides.

Nous ne sommes plus dans l’attente du courrier que nous avions posté 24h auparavant et qui mettra encore 48h pour arriver. Nous sommes dans l’ère du mail où en une journée nous pouvons échanger 50 allers/retours sur le sujet initial pour obtenir la solution.

L’être humain a besoin de temps sur certains sujets pour laisser mûrir les changements comme l’arbre prend ses forces dans une terre fertile pour s’élancer vers les cieux.

Sur d’autres aspects, le cerveau est tellement rapide que nous avons déjà pris une décision jusqu’à 6 secondes avant que nous ayons pris conscience que nous avons le choix…

C’est là que les thérapies durables peuvent être d’un grand support pour les Hommes. Vous pouvez y parvenir  au travers de la PNL, la TCC ou encore l’hypnose, pour retirer une phobie, une angoisse, une addiction…

Ces systèmes se mêlent, se croisent et continuent à offrir des soutiens, des aides, des compléments pour une vie plus harmonieuse, plus possible et pleine de succès.

La CrossTherapy est une synthèse des thérapies durables, analytiques et énergétiques. Ce n’est pas un système figé, comme l’être humain, il se développe, se complète en fonction du client, de son histoire, de ses croyances.

La CrossTherapy est un croisement des chemins, entre votre volonté et votre pouvoir d’être mieux.

Prenez soin de vous, vous êtes uniques.

PankC

Qu’est ce que la CrossTherapy ?

Ce système est une thérapie brève, la communion de nombreuses disciplines que j’ai pu étudier et pratiquer depuis des années. Des thérapies brèves comme la Programmation Neuro Linguistique, l’Hypnose Classique Curative, la Systémique, l’Analyse Transactionnelle, ainsi que des systèmes plus analytique et des logiques énergétiques.

De toutes ces méthodes, j’en ressors une chose commune et fondamentale : la Transe.

Que se soit les guérisseurs, les sujets à l’hypnose, l’État du patient sur un divan, nous retrouvons cette constante de Transe.

La Transe, dans mon lexique,  est une modification des ondes cérébrales. Nous sommes dans notre fréquence consciente en Beta au dessus de 12 Hz.

Les fréquences plus faibles entraînent dans des perceptions et sensations différentes de l’Etat Beta.

Alpha : fréquences comprises entre 8.5 et 12 Hz

Theta : fréquences entre 4.5 et 8 Hz

Delta : Sous 4 Hz.

Dans ces Transes, le praticien et le client peuvent travailler en commun dans la mise en place de nouveaux processus, dans la découverte de choses enfouies au plus profond du subconscient et du corps mais également calmer,ou atténuer des maux (physiques ou psychiques) et des douleurs.

Au travers de différents outils liés à l’énergétique, aux thérapies durables et aux différentes traditions psycho-spirituels, le praticien propose une séance adaptée au besoin du client.

Principe de Transes

J’aime vraiment les séminaires semaines. Les journées m’entrainant, en tant que formateur, dans des transes vraiment passionnantes. En plus comme la vie est vraiment bien faite, j’ai la chance d’avoir à chaque fois des apprenants et des HnOseurs remplis de savoir.

Plus on transmet sa compréhension des choses et plus cette dernière s’étend. Elle s’étend par sa mise en vie, par son partage et par le retour et les ajouts des receveurs.

A mesure de mon travail avec les transes, je sors du cadre de compréhension cloisonné d’une discipline. Tout me parait plus proche du concept de CrossTherapy.

Reprenons, en hypnose Elmanienne, nous définissons l’hypnose comme un contournement du facteur critique pour faire se rejoindre le conscient et le subconscient.

Le facteur critique empêchant la communication directe entre conscient et subconscient, il préserve le subconscient des informations extérieures. Ces dernières ne devenant pas des suggestions, restant seulement une info à traiter.

Avec le temps et l’étude j’ai compris, grâce à Kappa, que le facteur critique n’était pas un mur mais plutôt un sas dans lequel toutes les infos sont filtrées. Une dialise pour reprendre Christine.

En transe c’est à dire quand le conscient et le subconscient communiquent directement, en fonction des personnalités, le conscient aura plus ou moins de place.

En effet, il est souvent cas de personnes qui sont en transe mais qui doutent de ce fait parce qu’ils ont conscience de tout. Pour les streeteurs par exemple, ils n’arrivent pas à vivre de phénomènes hypnotiques.

La conscience garde ses capacités d’analyse et durant la transe le subconscient peut prendre plus ou moins de place, entrainant des comportements différents. Par exemple, en régression quand le subconscient a une grande place, on peut revenir sur un ‘souvenir’ précis en un instant et parfois même à la sortie de transe, la conscience ne s’en souvient pas.

Nos transes ne sont pas stables, exceptée pour les personnes qui laissent pleine place au subconscient dans le dialogue. Le dialogue sous entendant qu’il y a echange des deux parties, et comme vous le savez parfois c’est le monologue, d’un coté ou de l’autre.

La seconde stabilité d’après mes observations est l’H-Ultra.

Que fait le facteur critique, il peut se déplacer et ne plus se placer entre le conscient et le subconscient mais plutôt devant ces deux éléments pendant la transe, comme une ‘protecteur’ de transe. Vous pouvez le constater au moment où vous etes avec votre client et que la tondeuse démarre, lui ne réagit qu’à vos suggestions. Pendant les transes il va continuer sa ‘présence’ mais n’interviendra que sporadiquement comme ‘protection de l’équilibre’ des suggestions du conscient vers le subconscient et, du subconscient vers le conscient.

Le filtre fonctionne des deux côtés. C’est pour cette raison que certaines choses ne sortent pas dans certaines transes. Prenons l’exemple d’une agression. Si la transe vécue laisse un dialogue dans lequel le conscient est ‘trop’ présent, ce qui entrainera une fulgurance de conscience et peut etre une prise de conscience ‘trop’ difficile à vivre, alors le facteur critique subconscient, n’emettera pas l’information directe mais pourra offrir des symboles, des métaphores…

Si par contre le subconscient est plus présent que le conscient alors vous allez avoir des détails de la scène avec souvent une remontée émotionnelle voire une abreaction, et en ressortant de transe, ça sera à peine connecté au conscient, voire oublié.

Cela sous entend, et encore merci à tous de cet échange hier, que le facteur critique n’est pas 1 sans mais plutôt 2 sas. Un facteur critique qui filtre les informations du conscient vers le subconscient, et l’autre du subconscient vers le conscient.

Cela offre également une idée sur les raisons du temps d’intégration du changement du subconscient qui n’arrive pas immédiatement à contourner le facteur critique pour faire prendre conscience du changement de comportement ou de la dissonance qu’il faudrait corriger avec le conscient.

Je vais voir pour faire un schéma de cette notion de transe pour que mes amis visuels puissent voir de quoi je parle.

Cela reste une réflexion ouverte à échange, transformation et partage.

Prenez soin de vous.

Be One

Pank

Transes Ouvertes et Transes Fermées

Je retrouve souvent la croyance que lors des sessions, les clients doivent garder les yeux fermés et que lorsqu’ils les ouvriront, la séance sera finie.

En effet, la problématique du patient qui ouvre les yeux, est récurrente pour beaucoup de praticien. Comme si soudainement la séance se terminait et que l’opérateur avait échoué dans sa pratique.

Ce qui est surprenant, c’est que lors du pretalk, nous pouvons expliquer que le client est libre ou non d’accepter les suggestions, qu’il n’est pas contraint, qu’il ne dort pas, mais dès qu’en pratique, il y a une réaction, c’est comme un problème pour le praticien.

Pourtant cela ne contrarie en rien la séance, il suffit d‘accepter la transe de son partenaire et arrêter de projeter nos croyances, comme quoi les clients resteront profondément détendus, limite absents. C’est une façon de voir qui peut être comprise en début de pratique, mais l’expérience nous apprend que ce n’est pas le cas.

Même si en hypnose Elmanienne, il est préférable que notre partenaire soit en niveau somnambulique, il n’y a guère de problème de gérer la séance à un autre niveau. De plus, ce que j’expliquais à des apprenants, le client peut bouger dans tous les sens, crier, hurler, rire, pleurer, les yeux ouverts tout en donnant l’impression de ne pas être en transe et pourtant, il est bel et bien au niveau somnambulique.

J’ai eu cette semaine une demoiselle qui m’expliquait ne pas pouvoir garder les yeux fermer, il suffit donc de faire comme ce bon vieux docteur Flower, lui faire fixer le regard sur un point..

Tout cela pour revenir sur cette idée que les transes sont instables et qu’elles n’offrent pas l’attente que le praticien peut se faire.

Dans cette instabilité, je souhaiterai soulever un point qui me semble interessant. Il y a certains patients qui sont dans des transes que je nommerai ‘fermées’. L’idée est simple, nous entrons très facilement en Transetous autant que nous sommes, et ceux qui estiment ne pas y aller, ne pourraient pas me faire croire que jamais il n’ont les yeux dans le vague, que jamais ils n’ont vécu de d‘émotions devant un film, ou qu’ils n’ont jamais fait des mini hallucinations que se soient auditives ou visuelles.

Le hic c’est que l’hypnose parle de transe hypnotique, donc on devrait considérer qu’il y a des transes et des transes hypnotiques ? En quoi la transe hypnotique est différente de la transe quotidienne ? Surtout si dans nos prétalk ( et quasiment tous les ouvrages prennent ces exemples) nous parlons des transes du quotidien ? En quoi y a t il une différence entre une transe hypnotique, une transe chamanique, une transe sportive ou une transe de colère ?

Il me semble que notre sémantique porte préjudice à notre pratique et limite par la même les potentiels des praticiens. Un Hypnothérapeute va souhaiter induire une transe hypnotique qu’il aura défini comme un ensemble de critères auxquels doit répondre son partenaire. Si par malheur un des critères disparaît, par exemple la fermeture des yeux, alors la Transe Hypnotique s’arrête irrémédiablement.

Remarquez que ça doit être hyper stressant et que je comprends bien mieux pourquoi tant de thérapeutes vont éviter de faire parler leurs patients, vont s’assurer avec un signaling que le dialogue se fasse. Imaginez qu’un client ne parle pendant mon histoire ou mes suggestions, ça signifierait que ma méthode ne fonctionne pas ? Même en H-Ultra, j’ai eu des clients qui arrivaient à parler…

Nous vivons donc dans une série de transes et l’exemple de la transe sportive en est une. Un sportif a un certain niveau, n’est plus focalisé que sur son objectif, sa balle, son pas, sa frappe. Il peut éventuellement entendre son partenaire, qui le coache, qui lui donne des conseils. Par contre si vous souhaitez lui suggérer des choses qui ne sont pas liées à ce qu’il met en place, il y a de forte chance que sont facteur critique pour transférer vers un autre type de transe, rejette immédiatement l’information.

De même, pendant une transe de colère, vous pouvez autant que vous le souhaitez suggérer des idées d’apaisement, de calme, voire d’autre chose, il y a peu de chance que la personne qui vit cette transe ne puisse entendre ou accepter la moindre parole.

Nous sommes donc dans des cas intéressants où les faire basculer dans ce que beaucoup estiment être une transe hypnotique sera difficile. Pour autant, ils ne sont pas impossible à hypnotiser, ils sont simplement déjà dans une transe. Seulement c’est une transe qui est fermée aux suggestions. Cela ne veut pas dire qu’un client dans une transe de colère, débarquant au cabinet, nous ne offre pas des voies pour travailler avec.

Il nous faudra par exemple entrer dans sa transe de colère ou encore le transférer d’une transe à une autre. En ce cas, les inductions et les normes ‘hypnotiques’, ne sont plus conformes… pourtant nous pratiquons une forme d’hypnose

Ce que je souhaite mettre en avant est cette faculté commune à entrer en transe, cette capacité a parfois rester dedans ou à y retourner tellement vite que cela peut rendre ‘malade’. Ces transes là sont fermées et vous pourrez autant que vous le souhaitez proposer des suggestions, il y a 90% de chance que rien ne change.

Les outils de l’hypnothérapeute s’ils sont limiter à induire une transe et proposer des suggestions, des recadrages, des métaphores,… ne pourront pas faire basculer vers un autre schéma, une autre transe. Ouvrir les transes à un nouveau processus et donc à la validation des suggestions et des programmes, voilà un travail de fond.

J’ai la croyance que l’autisme est une forme de transe, j’ai eu la chance de travailler avec des enfants autistes et parfois sans retour, parce que je n’étais pas parvenu à les faire fixer suffisamment pour proposer une autre transe éphémère et ‘aidante’.

Par contre pour ceux avec qui j’ai eu quelques instants d’une transe ouverte, il y a eu de très beaux retours. Nous sommes tous autistes à nos manières, nous n’arrivons parfois plus à sortir vers l’extérieur, nous restons cloîtrés dans des transes très souvent hermétiques aux changements. A nous de trouver des transes alternatives et bénéfiques.

Prenez soin de vous.

Be one

Pank